dimanche 29 novembre 2015

7 jours et des merveilles #74

Ma semaine en mots et en images pour Madame Parle.

Quelle semaine!

Mal démarrée avec la gastro de A....après la mienne...disons que c'est un peu de ma faute. J'avais pourtant mis un masque "Maman, c'est comme à la maternité, quand les dames elles poussent, les gens ils ont un masque..." 

Petite M va chez la nounou dont la fille (qui est dans la même classe que A.) à la gastro aussi! Visiblement, elle est passée entre les gouttes.

Une semaine sans réaliser l'évènement du Vendredi... Jeudi soir est un soir comme les autres sauf que je ne vais pas me coucher comme les autres soirs, je suis excitée comme une puce.

Un Vendredi super! Super en tout! Et surtout super fatiguant ^^ Mais un des meilleurs vendredi que j'ai pu passer. Je culpabilise toujours autant d'avoir été sélectionnée à ce spot mais je me dis que j'ai toujours été sincère et fidèle à moi - même et c'est le plus important je pense.
Un grand merci à Parole de mamans pour cette super journée et à Mum Poulette de m'avoir supportée ^^. 

Ce même Vendredi, Petite M a eu 10 mois! ça pousse, ça pousse!

Pas beaucoup de photos cette semaine car Instagram en panne pendant quelques jours...

Et puis un billet sur l'Efluent4 prochainement.


10 mois!


Dans le train du retour avec Mum Poulette



Lundi, j'ai posté quelques photos pour le Projet 52 ici.
Et Mardi, j'ai présenté ce livre ici.

Bonne semaine ! 

mardi 24 novembre 2015

L'arménienne

L'arménienne - L'indestructible fil de la vie

L'histoire d'un indestructible "fil de vie" de mère en fille.
"Je suis l'enfant de multiples orages, la fille de rivières de sang. L'Arménie m'a enfantée, mais le pays de mon coeur a été détruit. Gamine, à Paris, j'ai écouté les échos lointains du peuple arménien qui a été égorgé là - bas, en 1915. Toute ma vie, j'ai entendu parler de "là - bas". Achrène, ma grand - mère, était de là - bas, Azad, ma mère, était de là - bas...Comme des milliers de femmes battues, vendues, violés, déportées, comme tous ces enfants noyés, elles étaient promises à la mort. Elles ont survécu par miracle.
Pendant des années, j'ai reconstitué leur histoire.
Ce livre, je l'ai écrit avec l'encre de mon âme."

En racontant l'incroyable histoire de sa grand -mère et de sa mère, Gaya Guérian révèle la cruauté terrifiante du génocide arménien. Elle montre aussi qu'avec le plus lourd des héritages, on peut embrasser la vie.
Un livre pour savoir et ne jamais oublier.



Tout d'abord, merci à Babelio et à XO Editions pour ce livre, reçu dans le cadre d'une Masse critique spéciale. 

Ce récit est celui de Gayané, française d'origine arménienne. Elle raconte la vie bouleversante et chaotique d'Achrène, sa grand - mère et d'Azad, sa mère. Achrène, jadis comblée et heureuse, fuit son pays tant aimé en y laissant une partie d'elle - même. Elle vient de connaître l'horreur et la cruauté, rien ne pourra jamais effacé ce qu'elle vient de vivre. 
Séparée de sa fille, elle erre pendant de longs mois et se trouve une "nouvelle famille" avec laquelle elle tentera de vivre comme elle pourra.
Azad a deux ans et demi, seule sur la plage, enfermée dans un sac. Recueillie par une famille qui n'avait pas le choix, elle vivra le reste de sa petite enfance sans amour sinon celui d'une chienne, Kiral. Puis elle quittera elle aussi le pays par la biais d'une association. 

Deux destins tragiques, deux coeurs aimants, liés à jamais. 

Et une petite fille, Gayané, née en France, qui n'est pas de "là - bas" mais qui comprendra, au fil des années, l'attachement de ses aînés à leurs racines. 

Après avoir lu la quatrième de couverture, j'avais hâte de le commencer. Tout d'abord parce que je connais mal cette période de l'Histoire. On parle très peu du génocide arménien à l'école, ce qui est dommage. Ce que j'ai lu alors m'a bouleversée. Tant d'atrocités et de haine contre des êtres humains, c'est inimaginable. Je ne peux imaginer la douleur de cette femme, Achrène, a qui on arrache son bien le plus précieux. Tant de gens tués, de familles brisées, de sang qui a coulé, pourquoi? 

C'est un livre poignant, juste et sincère. Il n'y a pas de détours pour écrire ce qu'il y a à dire. Parfois c'est dur, oui, mais c'est comme cela que ça s'est passé. Parfois, les émotions prennent le dessus sur le lecteur, oui, c'est fort possible.

Mais il ne s'agit pas là que du génocide arménien. Il y a aussi l'amour des Arméniens, leur attachement à leur pays. Il y a une histoire de coutumes, de mode de vie, de valeurs. Il y a la transmission, de génération en génération. Tout ce qui est propre au peuple arménien. J'ai eu envie de danser moi aussi avec les femmes dans la maison de Colombes, j'ai eu envie aussi d'apprendre l'alphabet de trente - huit lettres.

La seule chose que je n'ai pas compris, c'est pourquoi le neveu s'installe à Quiberon pour étudier les estuaires du Finistère Sud...oui parce que Quiberon est dans le Morbihan. C'est un détail oui mais pour une bretonne, c'est un gros détail.

En bref, un très récit très bien construit, qui se lit aisément. Trois femmes attachantes et aimantes. Trois destins hors du commun que je vous invite à découvrir.

Ma note : 4/5

lundi 23 novembre 2015

Les oubliées du Projet 52 #2

Oui oui, j'ai dû mal à publier en temps et en heure ! Alors voilà les photos (publiées sur Instagram en temps et en heure...ou pas) du Projet 52 du blog C'est quoi ce bruit

Thème : Au boulot


Dans le bureau du chef (^^), une histoire sympa...

Thème : Automne - Halloween


Des bricolages d'Halloween réalisés par les enfants au boulot.

Thème : Le ciel au - dessus de ma tête


Donc... le ciel au - dessus de ma tête! Un matin...

Thème : Rose


A. aime bien faire des mots avec l'abécédaire. Bon là, c'est moi qui l'ai fait.

Thème : Touriste


Touriste par procuration en l'occurrence... Une carte postale reçue cet été. Nous, on n'a pas vraiment fait les touristes.

Thème : A l'envers


Petite M qui dort à l'envers dans son lit.

Thème : A mes pieds


Des "bottes" en plastique... parce qu'on est allé visiter une ferme et qu'on a vu la maternité des cochons même, d'abord! 

Voilà, je rattrape mon retard... doucement mais sûrement! 


dimanche 22 novembre 2015

7 jours et des merveilles #73

Ma semaine en mots et en images pour Madame Parle.

Une assez bonne semaine pour les filles. 
A. ne rechigne plus à aller à l'école. Même si elle nous parle encore de sa copine de temps en temps. Elle a perdu son joli sac brodé pendant le centre de loisirs...retrouvé deux jours après dans les jouets de la grande salle! 

Une petite semaine pour moi : 4 jours de boulot et un jour d'arrêt. J'ai chopé les microbes de la gastro, ça faisait cinq ans que ça ne m'était pas arrivé et ça ne m'avait pas manqué. Dure journée du Vendredi donc... s'occuper des filles le soir avec des courbatures et un mal de ventre, pffiou. 
Et puis Samedi, ce fut le tour de Petite M. d'avoir des microbes. On pense que ce sont les mêmes que d'habitude : le rhume, la diarrhée = les dents. Nuit difficile et encore de la fièvre ce matin. 

Papa et A. ont commencé les décorations de Noël! Il fallait trouver une astuce pour mettre tout en hauteur à cause de Petite M. Bientôt le sapin! 

Pas beaucoup de photos, les jours passent à une vitesse! 

Cette semaine, je vous ai parlé du livre Pandemia.

Et sinon, on se voit la semaine prochaine? #efluent4


Rigolade et chatouilles...


Passion chat pour Petite M.


The photo! 


Activité sensorielle. 

Bonne semaine! 

mercredi 18 novembre 2015

Pandemia

Comme chaque matin, Amandine a quitté sa maison de verre pour les locaux de l'Institut Pasteur. Mais ce matin - là est particulier. Appelée pour des prélèvements à la réserve ornithologique du Marquenterre, en Baie de Somme, la microbiologiste est déconcertée : trois cadavres de cygnes gisent sur une étendue d'eau. 
En forêt de Meudon, un homme et son chien ont été abattus. L'étang qui jouxte la scène de crime a été passé au peigne fin. Bilan : un sac de toile lesté de parpaings. A l'intérieur : des ossements, des crânes, un casque. Quatre corps en kit. 
Et pendant ce temps, une grippe coriace fauche jusqu'aux plus robustes. Elle n'a pas épargné certains increvables du 36, quai des Orfèvres. Une grippe dont la souche demeure curieusement non identifiable.



Tout est dit dans ce résumé...

J'avais hâte de lire cette suite de Angor qui m'avait laissé un peu sur ma faim. J'attendais donc beaucoup de Pandemia et je suis loin d'être déçue. C'est du Thilliez comme je l'aime. 
La structure est toujours la même : plusieurs découvertes macabres dans des endroits différents qui, en apparence, n'ont pas de rapport les unes avec les autres. On s'attend donc à ce que les différentes affaires se rejoignent à un moment ou un autre. 
On retrouve avec plaisir notre couple de flics préférés, Lucie Hennebelle et Franck Sharko, ainsi que Nicolas Bellanger qui ne pouvait être recalé au second plan puisque l'affaire repose sur une lettre qu'il a reçu et qui le menace. 
On peut dire que l'auteur ne ménage pas ses personnages, il leur mène la vie dure. En plus de baigner dans l'horreur de leur affaire criminelle, les personnages doivent surmonter des épreuves personnelles terribles. 

Les flics du 36 recherchent toujours le fameux "Homme en Noir" dont il n'ont aucun indice sur l'identité, c'est comme s'il n'existait pas, qu'il n'était qu'un fantôme, une ombre...Et pourtant, il est à l'origine des pires horreurs menées par des complices qui pensent accomplir une mission, le "Grand Projet" de l'Homme en Noir. Mais quel est ce projet?
Alors qu'il faudrait que tous les effectifs de la police soit opérationnels, une sévère grippe sévit dans tous le pays, une grippe inconnue, qui sort de nulle part. Les microbiologistes sont sur le coup. Aucun moyen de la contrer, comment est - elle arrivée là? C'est la partie scientifique de cette nouvelle enquête et le point sur lequel se portaient mes exigences. Thilliez a réussi son pari, j'ai été complètement embarquée dans les couloirs de l'Institut Pasteur et du travail des microbiologistes. Cela va sans doute plus loin que le simple intérêt pour la Biologie. Il s'agit, dans cette enquête, de faits et d'actes qui pourraient dépasser la fiction. Pure coïncidence, la lecture de ce livre correspond aux actes terroristes ayant été commis la semaine dernière à Paris. L'effet produit sur moi alors a été décuplé. Un sentiment de peur, celui là - même que les protagonistes de l'histoire ne veulent pas voir se propager dans la population.

Le style de Thilliez est toujours aussi plaisant à lire. La lecture alterne entre réflexions scientifiques, sentiments des personnages et action. Il instaure une vraie dynamique et nous la transmet. C'est comme un film que l'on regarde : notre coeur s'accélère aux moments cruciaux et s'apaise quand l'atmosphère est plus calme. On ressent la tension mais on n'a pas la musique.

Je n'en suis pas au coup de coeur car à force de lire le même auteur, il n'y a plus vraiment de surprise mais je continuerai sans aucun doute à le lire et j'attends avec impatience un nouveau Thilliez!

Ma note : 4/5

Lu dans le cadre du Challenge 1 pavé par mois (645 pages), challenge non tenu pour Septembre et Octobre...


Et du Challenge Polar et Thriller



dimanche 15 novembre 2015

7 jours et des merveilles #72

Ma semaine en mots et en images pour Madame Parle.

En réalité, il s'agit des deux dernières semaines car nous étions absents le week - end dernier. 

Petite M a eu sa visite des 9 mois. Tout va bien. 66 cm et 7kg140. Elle a 6 dents (4 + 2 qui ont percé). C'est une vraie tornade, elle retourne tout dans la maison. Elle adore passer du temps dans la chambre de sa soeur, une vraie caverne d'Ali Baba (et aussi un terrain miné pour elle). 

A. est retournée à l'école après deux semaines de vacances. Elle s'est réveillée un matin avec plein de boutons : sûrement la roséole. 
Après l'avoir bien préparée à l'issue fatale, sa copine a déménagé le week - end dernier. Le Lundi matin, A. pleurait, elle ne voulait pas aller à l'école car il n'y avait pas sa copine. Puis les jours suivants étaient pareils sauf qu'elle ne pleurait plus. La séparation est difficile... même si elle a d'autres copines, c'est pas pareil. 
On a reçu une photo d'elle par sms, A était super contente. Elle lui a envoyé une lettre Samedi avec un "joli" dessin. 

Deux semaines plutôt cool au boulot malgré les jugements hâtifs, les préjugés et les déductions à deux balles... Exemple : Une petite fille ne mange pas grand chose lors de son repas. "Bah, c'est normal, elle mange ce qu'elle veut chez elle" ou encore "elle ne mange que des gâteaux chez elle" ou alors "les parents cèdent tout". Et puis en plus "ça se voit". Au secours. 

Nous sommes donc partis en week - end du côté de Douarnenez pour fêter un anniversaire. Première fois que Petite M allait être gardée chez Mamie. Cela s'est très bien passé. Quant à A., elle s'est éclatée avec nous, couchée à 2h30 dans une ambiance "colonie de vacances". 

Enfin, d'énormes pensées pour les parisiens et les familles des victimes des terroristes. Tout cela est vraiment terrible. 


Le livre que j'ai présenté cette semaine sur le blog.


Poser à Douarenenez.


Boire un coup à Douarnenez.



Embêter sa soeur.


Faire un selfie.


Faire un selfie grimace.


Envoyer une lettre à sa copine.


Tricotiner. 

vendredi 13 novembre 2015

Le diaporama de Noël



Il y a quelques semaines, grâce à la Masse critique spéciale jeunesse de Babelio , j'ai reçu "Le diaporama de Noël" des éditions Salvator que je remercie. 

C'est un livre cartonné, dépliable, avec une petite poignée. J'aime beaucoup la forme, ça change des livres habituels mais c'est sans doute moins pratique pour les enfants. Ma fille aime bien tourner les pages, elle a donc moins apprécié cette forme, plus difficile à manipuler. 
Pour ma part, je l'ai trouvé plutôt agréable à manipuler. Une question qui est sortie de mon entourage : "C'est dans quel sens?". Effectivement, au début, on peut être un peu surpris et se poser la question mais il n'y a pas besoin de chercher longtemps pour trouver la réponse. 


Cependant, le contenu lui a plu. 
Ce diaporama de Noël raconte, de manière très simple pour les enfants, la naissance de Jésus. Quand je dis très simple, c'est deux phrases par image. Mais ça me semble clair et suffisant pour expliquer d'où vient la fameuse crèche de Noël. 
Que l'on soit croyant ou pas, il me semble important, pour la culture générale, d'avoir quelques notions concernant les religions. 

Les illustrations sont simples également mais jolies, les couleurs sont harmonieuses. Voici un petit aperçu : 



En conclusion, un livre agréable au toucher et à l'oeil. Une histoire simple et claire, adaptée aux plus jeunes enfants pour connaître l'histoire de la naissance de Jésus et de la crèche. 

samedi 7 novembre 2015

Aller voir la mer

En déménageant, nous nous sommes éloignés de la mer...Nous avons un peu plus de route maintenant donc nous y allons moins souvent (beaucoup moins souvent). 

Et cet automne, en Bretagne, nous sommes plutôt gâtés par le temps (sauf cette semaine mais bon...) et avons pu profiter d'un beau moment à la mer. 

A. était contente de retrouver les joies du sable, elle qui est née à la mer...Elle ne voulait plus partir. 

"J'ai préparé de la soupe à la bouillasse"
"Tu goûtes, tu me dis si c'est bon"

Papa s'est empoisonné avec la soupe à la bouillasse, il fallait un baiser pour être guéri.
"Mais je suis pas ton prince moi!"

"J'aimerais bien habiter à la mer"
(Parents indignes que nous avons été de déménager)












vendredi 6 novembre 2015

Et soudain tout change

Quatrième de couverture : Pour sa dernière année de lycée, Camille a enfin la chance d'avoir ses meilleurs amis dans sa classe. Avec sa complice de toujours, Léa, avec Axel, Léo, Marie et leur joyeuse bande, la jeune fille découvre ce qui fait la vie.
A quelques mois du bac, tous se demandent encore quel chemin ils vont prendre. Ils ignorent qu'avant l'été, le destin va leur en faire vivre plus que dans toute une vie...Du meilleur au pire, avec l'énergie délirante et l'intensité de leur âge, entre espoirs démesurés, convictions et doutes, ils vont expérimenter, partager et se battre. Il faut souvent traverser le pire pour vivre le meilleur...



Camille est une jeune fille de 17 ans, sérieuse, intelligente et sympa, c'est une bonne copine. Comme tous les jeunes de son âge, elle se pose beaucoup de questions, elle se cherche. Pas facile d'être une adolescente, pas facile de grandir. On ne veut plus être un enfant mais on a peur de devenir adulte. On n'est plus un enfant mais on n'est pas encore un adulte. C'est une transition importante où surviennent beaucoup de changements et où se soulèvent de nombreuses questions. 

L'auteur décrit très bien cette situation adolescente, ces sentiments changeants, ces questionnements récurrents. Comme à son habitude, il manie bien l'humour et l'émotion.
J'ai choisi ce roman pour lire quelque chose de léger après une lecture très intense. Malheureusement, je n'ai pas été emballée plus que ça. 
Comme je le disais, Camille est sympa mais elle m'a beaucoup énervée. Je l'ai trouvée parfois un peu trop naïve, peut - être un peu trop gentille...Son personnage m'a vraiment été insupportable à certains moments. Je ne dirai pas que l'identification n'a pas fonctionné, au contraire. Je me suis peut - être reconnue au même âge avec son manque de confiance en elle et ses questionnements incessants. Je me suis sans doute vue moi - même et cela m'a fortement agacée. 

J'ai beaucoup moins ri que lors de la lecture de "Demain j'arrête!" et c'est un regret. En revanche, il y avait plus d'émotions. Forcément, le sujet est plus grave. La vie de ces adolescents va basculer à l'approche du bac, l'épreuve qu'ils vont traverser est dure. Toutefois, je n'ai pas ressenti ces émotions. Cela ne m'a pas atteinte comme cela aurait dû l'être. 

Je voulais une lecture plus légère, ce fut effectivement le cas. Une lecture rapide, sans grande concentration, c'est ce qu'il me fallait. Mais le bilan est donc mitigé, je suis un peu déçue par ce roman. 

Ma note : 3/5

L'avis de Maryline : ici

dimanche 1 novembre 2015

7 jours et des merveilles #71

Ma semaine en mots et en images pour Madame Parle.

Voici le résumé des deux semaines de vacances.

Deux semaines au boulot usantes mais bien agréables. 

A. a commencé ses vacances par une nuit chez une copine puis le reste de la semaine au centre de loisirs d'où elle a ramené une sucette araignée et une magnifique toile d'araignée. Puis elle a passé une semaine chez Mamie où elle a bien joué, bien mangé et bien dormi! Elle est rentrée à la maison avec une nouvelle paire de bottes et une nouvelle coupe de cheveux. 
Et on a invité sa super copine à venir jouer à la maison, la dernière fois...puisque la semaine prochaine, elle déménage...loin. 

Petite M. a eu 9 mois. Elle est encore super gênée avec ses dents, ça n'en finit pas. Elle enchaîne les rhumes et les dolipranes, les bonnes nuits et les mauvaises. Une vie de bébé quoi...

La semaine prochaine, nous ne serons pas non plus au rendez - vous, nous nous absentons pour le week -end. 

Bonne reprise! 


9 mois, j'ai eu du mal à prendre une photo.


Un super jouet : un vieux clavier


A. a appris à dessiner une maison avec son papa.


Retrouver sa soeur.


"Fêter" Halloween


Rigoler avec sa copine. 

De pourpre et de soie

Londres, 1939. Quand Ada commence à travailler au sein d'un atelier de mode de Dover Street, la belle jeune femme rêve d'une carriè...