vendredi 9 juin 2017

Preuves d'amour

Tessa Leoni, officier de police respecté, a abattu son mari en lui tirant trois balles dans le corps avec son arme de service. Elle ne supportait plus la violence de ce dernier. C'est la version qu'elle donne à l'inspectrice D.D Warren lorsque celle-ci arrive sur les lieux. Mais, si les bleus sur le visage de la jeune femme sont irréfutables, il y a une chose que D.D Warren ne s'explique pas: sa petite fille de six ans a disparu, et Tessa reste évasive à ce sujet. Que cherche-t-elle à cacher? Les deux femmes vont s'affronter pour une même cause: la survie de l'enfant.



Tout porte à croire, à première vue, que Tessa Leoni a bien tué son mari et qu'elle fait partie de ces femmes qui taisent et cachent la violence de leur mari. 
Pourtant, si l'on en croit les témoignages de quelques proches de Brian, ce n'était pas un homme violent bien au contraire, c'était un homme d'une extrême gentillesse. Qu'est-ce qui a donc poussé Tessa à mentir à son sujet et qui l'a amochée ainsi? 

Je connaissais Tessa Leoni, personnage présent dans un autre roman de Lisa Gardner : Famille parfaite , où Tessa Leoni est un détective privé. Ici, c'est le début de son histoire, Tessa est un agent de police et elle est mariée. J'étais un peu perdue au début car j'essayais de me rappeler ce que Famille parfaite racontait sur elle et ce n'était pas très clair dans ma tête. J'ai finalement arrêté de chercher pour me concentrer sur cette histoire : très intrigante et très prenante. En général, entre moi et Lisa Gardner, ça passe plutôt bien mais soit j'aime, soit je suis un peu déçue. 

Pour Preuves d'amour, je n'ai pas été déçue du tout. Des tas de questions se posent, on a beau les retourner dans tous les sens, pas le moindre indice...Les enquêteurs sont un peu plus sûrs d'eux : C'est bien Tessa qui a fait le coup, il n'y a aucun doute. Il faut maintenant établir les circonstances pour la mettre en prison et le plus urgent : retrouver Sophie, la fille de Tessa. D.D Warren, la responsable de l'enquête, m'a un peu énervée. Trop sûre d'elle, un peu arrogante même, qui a sur cette enquête, manqué un peu de flair et surtout d'objectivité : elle s'est inventée une espèce de rivalité avec Tessa qui lui a fait perdre un peu de son professionnalisme. Heureusement, son coéquipier a un peu relevé le niveau. 

Malgré le sens très "américain" qu'a pris l'histoire et une Tessa "super woman", "super maman" qui fait tout pour sauver sa fille, il faut dire que son plan était très ingénieux et intelligent. 

On se laisse embarqué volontiers dans ce policier sans faire d'histoires. Un roman policier par une femme et pour les femmes : j'aurai bien aimé un peu plus de "virilité" masculine que de "rivalité" féminine. Mais ce Lisa Gardner a fait son effet. 

Lu dans le cadre du Défi Lecture, Catégorie 69 : Un livre lu pour un autre défi

Du Challenge Thriller et Polar


Et du challenge 1 pavé par mois (528 pages)






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'oiseau de mauvais augure

L'inspecteur Patrick Hedström est sur les dents. Il voudrait participer davantage aux préparatifs de son mariage avec Erica Falck, mais...