dimanche 30 octobre 2016

Le voleur de brosses à dents

"Un jour, j'en ai eu assez. Mille fois, j'en ai eu assez. Assez de toi Samy, assez de tous ceux qui ne comprennent rien, de la société qui ne fait rien. Assez.
Et puis mille fois, j'ai espéré, mille fois, j'ai ri et pleuré avec toi, mille fois, je t'ai serré dans mes bras.
Alors j'ai écrit ce livre pour toi, mon petit bonhomme si différent, pour moi, et pour ton frère, afin qu'il n'oublie pas tous ces fous rires qui émaillent notre drôle de vie aussi. J'ai écrit ce livre pour toutes ces familles dont personne ne voit le désarroi, pour témoigner de notre quotidien durant ces dix ans, déjà.
J'ai écrit ce livre en n'épargnant personne parce que personne ne nous épargne. C'est l'histoire de notre combat, c'est l'histoire de notre amour. Un amour que j'ai cru à sens unique. Tu me prouves aujourd'hui le contraire."

Récit intime d'une jeune femme, d'une jeune mère confrontée au quotidien du handicap, mais aussi témoignage sans fard sur un fait de société qu'on occulte : impossible de rester indifférent au cri d'amour de cette maman qui pourrait être nous.


Il s'agit là du récit - témoignage d'Eglantine Eméyé, animatrice télé (qu'on connaît beaucoup grâce à "Allô Rufo") et maman de Samy. 
Eglantine accouche de son deuxième enfant, Samy, un adorable petit garçon. Il est si calme...trop calme. Elle sait, dans son coeur de maman, qu'il y a un problème. Alors elle va chercher des réponses auprès des médecins. Mais non, il n'a rien, il faut juste cesser de s'inquiéter. Pourtant, elle ne va rien lâcher : Samy est différent, elle le voit, elle le sent et elle va tout faire pour obtenir des réponses à ses questions. 

Ce récit est vraiment bien écrit. Il est à la fois bouleversant, émouvant et révoltant, criant de sincérité. Eglantine raconte son combat avec le corps médical qui semble complètement indifférent. Elle décrit avec beaucoup d'honnêteté ses sentiments parfois ambivalents envers son petit Samy. Elle confie ses angoisses, ses doutes, ses peurs et ses moments de joie aussi. 
Etre maman d'un enfant différent, c'est dur, c'est fatiguant physiquement et psychologiquement. C'est parfois se sentir impuissante face aux angoisses d'un enfant dont on ne comprend pas toujours les souffrances. Malgré son épuisement, cette maman ne cesse de se battre pour lui obtenir le meilleur, pour faire que sa vie à lui puisse être la plus paisible possible. 

Ce récit, c'est beaucoup de sentiments en même temps et c'est beaucoup d'amour. On s'attache autant à Samy qu'à sa maman. On voudrait tellement les soulager l'un comme l'autre.

Ce récit montre également combien le chemin est long encore pour toutes ces familles et tous ces enfants vers leur reconnaissance,leur intégration sociale et scolaire, le chemin vers eux tout simplement. 

Ma note : 5/5

Lu dans le cadre du Défi Lecture 2016 : Catégorie 6 "Un livre témoignage"

dimanche 16 octobre 2016

Désolée, je suis attendue

Yaël ne vit que pour son travail. Brillante interprète pour une agence de renom, elle enchaîne les réunions et les dîners d'affaires sans jamais se laisser le temps de respirer. Les vacances, très peu pour elle, l'adrénaline est son moteur. Juchée sur ses éternels escarpins, elle est crainte de ses collègues, et ne voit quasiment jamais sa famille et ses amis qui s'inquiètent de son attitude. Peu lui importe les reproches qu'on lui adresse, elle a simplement l'impression d'avoir fait un autre choix, animée d'une volonté farouche de réussir.
Mais le monde qu'elle s'est crée pourrait vaciller face aux fantômes du passé. 


Je ne peux pas m'empêcher d'acheter chaque roman d'Agnès Martin - Lugand, je suis addict! Pourtant, ce roman est celui que j'ai le moins apprécié. Pourquoi?
Le personnage de Yaël...autant au début, je l'appréciais : une jeune fille pétillante, pleine de vie, toujours prête à faire la fête. Et puis, elle a changé...comme nous tous hein, forcément. Mais elle a pris un mauvais chemin ou en tous cas, ce n'est pas celui que j'aurai pris, moi. Elle, qui s'en foutait royalement d'avoir un job après son diplôme devient accro au boulot. Tellement accro qu'elle en oublie ses amis, sa famille...pire, elle n'est même pas respectueuse envers eux et elle ose se poser en victime au moindre reproche qui lui est fait. C'est clair, je déteste ce genre de personne!
Fort heureusement, il n'est jamais trop tard pour réparer ses erreurs et/ou reprendre un meilleur chemin dans la vie et c'est ce qu'elle va finir par faire, ouf! Alors finalement, j'ai appris à l'aimer un peu Yaël...
Au moins, on ne peut pas dire que ce roman m'ait laissé indifférente.

J'aime toujours autant la plume de cette auteure et la fabrication de ses personnages. J'ai aimé retrouver entre deux lignes, Gabriel et Iris, de son précédent roman "Entre mes mains le bonheur se faufile".
L'histoire est simple et il ne faut pas s'attendre à nombre de surprises mais les sentiments des personnages sont néanmoins soumis à rude épreuve. Il n'est pas besoin d'une histoire abracadabrante pour appâter un lecteur. Agnès Martin - Lugand les attrape grâce aux émotions et à la personnalité de ses personnages.
Je ne peux pas dire que ce roman est moins fort que les autres, même si j'en ai envie, parce que je pense que c'est seulement le sentiment qu'il m'a provoqué qui est différent.

Alors même si je l'ai moins aimé, il n'en reste pas moins que je continue de ne penser que du bien d'elle. Et comme d'habitude, j'achèterai son prochain livre sans hésiter.

Et je voudrais souligner l'importance des couvertures. Les siennes sont toujours jolies, ces photos en noir et blanc, simples mais qui donnent envie de l'avoir. Celle - ci n'échappe pas à la règle.


Ma note : 4/5

vendredi 7 octobre 2016

Le jardin des secrets

1913. Sur un bateau en partance pour l'Australie se trouve une petite fille de quatre ans, seule et terrorisée. Le navire lève l'ancre et elle se retrouve à Brisbane. Si le secret de son débarquement est religieusement gardé par ses parents adoptifs, ceux - ci décident, le jour de ses 21 ans, de révéler à Nell les circonstances étranges de son arrivée dans la famille. Les questions se bousculent alors. Bouleversée, elle va devoir entreprendre un long voyage vers ses origines. Une quête difficile pour lever le voile sur près d'un siècle d'histoire familiale...



En 1913, une petite fille seule sur un bateau.
En 2005, Cassandra qui part de l'Australie pour l'Angleterre afin de percer le mystère de sa grand - mère.

En 1900, Eliza tente de survivre avec son frère Sammy dans la pauvreté de Londres.
En 1975, Nell est sur la trace de ses parents biologiques.

En 1907, Rose se marie et Eliza est bouleversée.

Dans ce roman, on se balade : de l'Australie à l'Angleterre, de 1900 à 2005 en passant par 1913 ou encore 1975, de la jeunesse d'Eliza à celle de Nell mais aussi de Rose.
Elles ont toutes un secret et c'est à Cassandra qu'il revient de les découvrir.

Un joli moment de lecture. Malgré ses 691 pages, il se lit très vite. En effet, la sauce prend très vite. On alterne entre les différentes périodes de ce roman en perçant peu à peu les mystères ou au contraire, en se posant encore plus de questions. Les personnages, tous très différents, ont chacun une personnalité bien particulière. Rose, fragile et influençable. Eliza, déterminée, forte mais sensible. Nell, antipathique au premier abord mais qui s'est seulement constitué une carapace due aux circonstances de sa vie. La psychologie des personnages est bien créee et tout à fait cohérente.

L'intrigue est très intéressante et troublante. Comme je l'ai déjà dit, on se prend vite au jeu des secrets. On change d'atmosphère comme on change de lieu : on passe d'un quartier sombre de Londres à un somptueux château (aux secrets obscures) en passant par un jardin lumineux et de toute beauté pour arriver à un mystérieux cottage...
Tous les ingrédients sont là pour passer un très très agréable moment de lecture.

Ma note : 4/5

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois (691 pages)



Le courage d'une mère

Le combat d'une mère, qui, condamnée à une mort imminente, se démène pour trouver une famille d'accueil qui s'occupera et proté...