mardi 9 août 2016

La danse des vivants

Eté 1918. Dans un hôpital militaire, un jeune homme se réveille amnésique. Il a tout oublié : son passé, son nom, mais il parle aussi bien français qu'allemand.
L'espion idéal pour les services secrets qui lui donnent l'identité d'un soldat allemand disparu. Mais peut - on être un autre quand pour soi - même on n'est personne? 
Grande fresque historique, roman d'aventures et d'espionnage haletant, où personnages imaginaires et réels se côtoient, La Danse des vivants nous entraîne dans l'Allemagne de la République de Weimar. C'est aussi toute l'Europe de l'entre - deux - guerres déchirée par la violence des nationalismes et des idéologies que nous dépeint Antoine Rault, lauréat de l'Académie française et auteur du Diable rouge et du Système, à travers l'épopée de ce héros sans mémoire. 
De surprise en surprise, une réflexion sur l'identité et le destin de l'homme emporté et bouleversé par la marche de l'Histoire. 


Charles se réveille dans un hôpital, sans aucun souvenir : il ne sait pas qu'il s'appelle Charles, ne sait pas d'où il vient, s'il est français ou allemand...la seule chose dont il se rappelle, c'est que son camarade Maurice est mort sous ses yeux sur le champ de bataille. Les médecins sont persuadés qu'il simule pour ne pas retourner au combat, comme bien d'autres avant lui. Mais la guerre se termine et les souvenirs ne reviennent pas...D'hôpital en hôpital, personne ne sait que faire de lui. 
Pendant ce temps, sa mère a passé un avis de recherche. Lorsqu'on appelle son mari pour lui montrer des photos d'un soldat amnésique, celui - ci nie le reconnaître sur les photos et demande à Clémenceau une lettre officielle pour le faire passer pour mort. Charles est désormais complètement seul.
Jusqu'à ce qu'on lui propose de travailler pour la France en intégrant l'Armée allemande. Parlant couramment allemand, il est le candidat idéal pour infiltrer au plus près du haut commandement allemand. En effet, l'Allemagne a signé l'armistice mais la France soupçonne les allemands de préparer une nouvelle guerre et d'avoir fait semblant de vouloir la paix. 
Charles, qui est maintenant Gustav Lerner, retourne au combat aux côtés des allemands, dans la Baltique. Ses souvenirs de guerre affluent, il sait qu'il a déjà vécu tout cela, c'est la seule chose dont il est sûr. Parfois, il croit voir sa mère dans ses rêves éveillés mais il serait incapable de la reconnaître dans la rue. Il aimerait tellement que quelqu'un l'attende quelque part. Il aimerait avoir des sensations, retrouver des sentiments...il n'est désormais qu'une coquille vide. Il ne sait pas qui il est mais il doit être Gustav Lerner pour le moment même s'il en sait très peu sur sa vie privée. 

Comment ne pas s'attacher à Charles? Un personnage fort et bouleversant. Nous, lecteurs, connaissons la partie de son histoire qu'il a oublié, ce qui rend notre rapport à lui beaucoup plus fort, sûrement plus proche. C'est difficile de connaître la vérité sur quelqu'un sans possibilité de la lui révéler. Nous sommes impuissants face à sa détresse. 
Une personne connaît la vérité à son sujet...et on attend, on attend le moment où il la lui dira, peut - être au retour de Charles en France? En attendant, on assiste à ses doutes, ses questions, sa quête de souvenirs. On est témoin de sa solitude et de ses angoisses. C'est un ami qu'on voudrait consoler, pour lequel on croit à un avenir meilleur. 

A côté de cela, on est plongés dans l'Histoire : le traité de Versailles, Clémenceau, Lloyd Georges, Wilson, et les réminiscences de la Grande Guerre. 

Un énorme coup de coeur pour ce roman. J'ai eu du mal à le lâcher. Il a tout pour lui : l'intérêt historique, un héros - ami, une intrigue captivante. 

Merci à Babelio et Albin Michel pour la découverte de cette pépite. 

Ma note : 5/5

Ce roman participe au Challenge 1 pavé par mois (491 pages)



Arrêtez-moi

Que feriez-vous si vous connaissiez le jour et l'heure exacts de votre mort? Pour Charlie Grant, ce sera le 21 janvier à 8 heures préci...