mardi 29 mars 2016

Marie d'en haut

Catégorie 52 du Défi Lecture 2016 : Un livre qui finit mal

A 30 ans, Marie a un caractère bien trempé et de la ressource. Lorsque Olivier, lieutenant de gendarmerie, débarque chez elle sans prévenir pour une enquête de routine, elle n'hésite pas à le ligoter pour lui faire comprendre explicitement  qu'il n'est pas le bienvenu. 
Mais cette carapace de femme forte dissimule ses fêlures. C'est grâce à Antoine, son meilleur ami, et Suzie, sa fille, que Marie trouve un sens à sa vie.
Et contre toute attente, Olivier va rejoindre le trio. Entre lui et Antoine, la guerre est déclarée. L'enjeu? Le coeur de Marie. 


Olivier, gendarme, rencontre Marie, agricultrice, alors qu'il recherche chez elle un voleur venu se cacher. Lui qui s'attendait à voir une grosse fermière avec tablier et fichu sur la tête, il tombe sur une jeune femme charmante, mais au caractère bien trempé. 
Depuis cette rencontre, il n'a de cesse de trouver des prétextes pour lui rendre visite. Ces deux coeurs solitaires réussiront- ils à s'apprivoiser?

Quatre personnages forts attachants : Olivier le gendarme, Marie l'agricultrice, Antoine le voisin et ami, Suzie, petite fille intelligente et perspicace. Tous ont une histoire difficile que l'on découvre au fil des pages. Tous traînent un fardeau qui les empêche d'avancer. Tous ont envie de croire au bonheur. 
C'est une jolie histoire que nous raconte Agnès Ledig, une histoire avec beaucoup d'amour, quel qu'il soit... avec de jolies formulations et figures de style. Peut - être trop : ce qui est joli au début devient lourd à la fin. J'avais parfois l'impression de ne lire que des métaphores. Ce qui était léger est devenu pesant. C'est dommage car la plupart étaient jolies et donnaient vraiment du style. Trop de style tue le style. 
C'est dommage car j'ai beaucoup aimé l'histoire de ces personnages, une histoire aux thèmes universels et très actuelle en même temps. 
Peut - être ai - je moins cru au personnage d'Olivier que j'ai trouvé très féminisé. Ses sentiments sont décrits d'une telle manière qu'on s'attend plutôt à ce qu'ils soient attribués à une femme. Ici, les rôles sont en quelque sorte inversés. Non pas que les hommes ne soient pas capables de ce genre de sentiments ou de comportements mais ils sont d'une manière générale moins prise de tête. L'exception qui confirme la règle? 

Néanmoins, j'ai quand même passé un bon petit moment avec ce roman : une histoire d'amour forte, passionnée, durable, qui ne s'est pas fait en un jour. 

Ma note : 4/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La scène des souvenirs

Suffolk, 2011. La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend au chevet de sa mère mourante. Alors qu'elles parcourent ensemble un album de...